Témoignage d'expert

“ Actualités ”

le 10 octobre 2016

3 questions à O. Laviolette

La DUP exige des élus une meilleure connaissance des sujets


Le regroupement des IRP tel qu’il est prévu par la loi Rebsamen ne comporte-t-il pas un risque d’affaiblissement de chaque instance ?

Il faut souligner que les trois instances – délégué du personnel, comité d’entreprise et CHSCT – sont regroupées et non fusionnées, ce qui signifie qu’elles conservent leurs prérogatives. Dans l’optique de la mise en place de la DUP élargie pour les entreprises de moins de 300 salariés, la loi prévoit un cadre relativement sécurisé avec des minimas en terme d’heures de délégation, de réunions etc. Les risques sont donc assez limités, mais sa mise en place nécessite selon nous une concertation préalable avec les instances ; certains aménagements sont souhaitables pour aller plus loin que la loi, notamment en termes de nombres de réunion et de fonctionnement de la DUP.

Dans les petites entreprises, où il est fréquent que les mêmes personnes cumulent les mandats, le regroupement permet d’éviter la multiplication de réunions sur des sujets qui, parfois se recoupent. Cela peut être un avantage aussi bien pour l’employeur que pour les représentants du personnel. La DUP induit par ailleurs une certaine transversalité des sujets. Elle permet d’élargir le point de vue des élus et leur apporte une vision plus cohérente des choses. Cela constitue aussi un point positif. Mais dans le même temps, cela exige de leur part une meilleure connaissance des sujets et donc davantage de formation.

Les choses sont plus complexes dans les entreprises de plus de 300 où les planchers prévus par la loi sont particulièrement bas et où beaucoup de choses dépendront de la qualité de la négociation.


N’y a-t-il pas lieu de s’inquiéter pour le devenir du CHSCT ?

Il est certain que le CHSCT est dans le collimateur d’une certaine frange du patronat. Mais pas partout. Tous les acteurs patronaux ne veulent pas sa disparition ! Paradoxalement, c’est dans le tertiaire que les attaques ont été les plus virulentes. En revanche, beaucoup d’industriels, comme par exemple des patrons de sites classés Seveso, souhaitent conserver un espace dédié au sujet santé et sécurité. Si la loi ne remet pas en cause l’existence du CHSCT,  les prérogatives de chaque instance étant préservées, le sujet conditions de travail pourrait finir par être progressivement oublié au profit d’autres préoccupations plus quotidiennes. Il appartient aux élus de veiller à éviter cette dilution.

Dans le cas d’un regroupement négocié, le risque est plus important car la loi donne la possibilité de mettre en place une commission à laquelle peuvent être confiées, par délégation, tout ou partie des attributions du CHSCT. Beaucoup de d’interrogation subsistent sur la mise en place d’une telle commission et sur ses implications. Il va falloir être très attentif sur ce sujet.

Quels conseils donneriez-vous à des représentants du personnel confrontés à la perspective d’un regroupement des instances ?

Les représentants du personnel doivent prendre le temps de bien analyser la situation et les enjeux. Comment fonctionnent les différentes instances ? Répondent-elles à leur objet ? En quoi la DUP est-elle susceptible d’apporter des améliorations ? Que gagne-t-on en termes de moyens, de formation des élus par exemple ? Pour réaliser ce diagnostic de situation, ils peuvent solliciter l’intervention d’un cabinet comme Syndex et de ses partenaires avocats.

D’autres questions se posent dans les entreprises de plus de 300, en particulier lorsque l’entreprise compte plusieurs établissements. Faut-il opérer le même regroupement partout ou opter pour plusieurs formats d’instances selon les établissements ? Il n’y a évidemment pas de réponse tout faite. Là aussi, une analyse préalable est indispensable.

L’autre point de vigilance pour les plus de 300 concerne la coordination entre les négociateurs de l’accord, qui émanent des organisations syndicales représentatives, et les élus de terrains (CE, DP, CHSCT). Dans la mesure où il ne s’agit pas forcément des mêmes personnes, il est indispensable que les premiers aient une bonne imprégnation des sujets et des fonctionnements pour faire le meilleurs choix.



Syndex

X

syndex DANS LA PRESSE

X

Publications SYNDEX

X

syndex mentions légales

Propriétés du site

Le présent site est la propriété de SYNDEX, S.A. SCOP à capital variable, membre de l’Ordre des experts-Comptables, représenté par le conseil supérieur de l’Ordre des experts comptables. Expert agréé CHSCT.

Le siège de Syndex est 22, rue Pajol - 75876 Paris Cedex 18

Tél : (33) 1 44 79 13 00 - Fax : (33) 1 44 79 09 44

La direction de la publication est assurée par Jean-François Poupard, directeur général du cabinet Syndex.

L’équipe éditoriale est composée d’un comité éditorial, d’intervenants….

Droits et devoirs de l'utilisateur

L'utilisateur du présent site reconnaît disposer de la compétence des moyens nécessaires pour accéder à ce site, l'utiliser et avoir vérifié que la configuration informatique utilisée ne contient aucun virus et qu'elle est en parfait état de fonctionnement.

En conformité avec les dispositions de la loi du 6 janvier 1978 relative à l'Informatique, aux fichiers et aux libertés, le traitement automatisé de données nominatives réalisé à partir de ce site web suivent les recommandations de la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés (CNIL).

L'utilisateur est notamment informé, conformément à cette loi que les informations qu'il communique par le biais des formulaires présents sur le site sont nécessaires pour répondre à sa demande, et sont destinées à Syndex, responsable du traitement.

L'utilisateur est informé qu'il dispose d'un droit d'accès et de rectification portant sur les données le concernant auprès du conseil supérieur de l’Ordre des experts-comptables, 19 rue Cognacq Jay 75 017 Paris.

L'utilisateur est informé que lors de ses visites sur le site un cookie peut s'installer automatiquement sur son logiciel de navigation. Le cookie est un bloc de données qui ne permet pas de l'identifier mais qui sert à enregistrer des informations relatives à la navigation de celui-ci sur le site.

Utilisation des données du site

Les utilisateurs du présent site sont tenus de respecter les dispositions de la loi relative à l'Informatique, aux fichiers et aux libertés, dont la violation est passible de sanctions pénales. Ils doivent notamment s'abstenir, s'agissant des informations nominatives auxquelles ils accèdent, de toute collecte, de toute utilisation détournée, et d'une manière générale, de tout acte susceptible de porter atteinte à la vie privée ou à la réputation des personnes.

La structure générale, ainsi que les logiciels, textes, images animées ou non son savoir faire, et tous autres éléments composants le site sont la propriété exclusive de Syndex.

Toute représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans l'autorisation expresse de Syndex est interdite et constituerait une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Il en est de même des bases de données figurant sur le site web, qui sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 portant transposition dans le Code de la propriété intellectuelle de la directive européenne du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

Les marques de Syndex ainsi que les logos figurant sur le site sont des marques déposées ou sont la propriété de ses partenaires.

Toute reproduction totale ou partielle de ces marques ou de ces logos, effectuée à partir des éléments du site sans l'autorisation expresse de Syndex est donc prohibée, au sens de l'article L.713-2 du Code de la propriété intellectuelle.

Version imprimable
X

Syndex Gérer mon abonnement

Important : l'e-mail que vous saisissez n'est pas public et n'est pas affiché sur notre site.


Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification ou de suppression des données qui vous concernent (conformément à l'article 34 de la loi "Informatique Libertés").


Vous pourrez l'exercer en ligne, dès l'enregistrement de votre inscription, en nous adressant un mail à contact@syndex.fr ou par courrier en vous adressant à : Webmaster Syndex, 27, rue des Petites Ecuries CS 30005 75481 Paris cedex 10.